Gris souris

Qui court après qui ? Et pourquoi ?

La couleur de la semaine

Un fil d’Ariane hebdomadaire pour tisser une année colorée de sens.

On est lundi après-midi, je vous envoie la couleur de la semaine quelques heures plus tard que d’ordinaire. Nous sommes rentrés tard hier du stage d’astrologie en lien avec les archétypes de vêtements. C’était un très beau stage, profond et complet, Dieu sait le plaisir et la joie que j’ai eu à l’animer avec Philippe Sonneville ! Quand je suis rentrée vers 22h, je m’apprêtais à écrire la couleur de la semaine. Mais cela ne résonnait pas juste dans mon corps.

J’ai constaté que je courais après le temps et mon corps ne suivait pas. J’ai donc décidé d’installer mon corps dans le temps et d’autoriser ce dernier à me guider dans mon rythme juste. C’est alors qu’est apparu très clairement le Gris souris. Ce n’était pas du tout cette couleur que je m’apprêtais à écrire ces derniers jours ! Mais il s’est avéré qu’avec le Gris souris nous étions félin pour l’autre aujourd’hui.

Le Gris souris s’installe dans l’instant et y scrute les moindres détails.

A l’instant où j’ai décidé d’aller me coucher au lieu d’écrire la couleur qui paraitrait absolument à 9h ce matin, j’ai ressenti un profond soulagement sans la moindre culpabilité. Le Gris souris était en train de m’enseigner sa stratégie : soit on est chat qui court après la souris, soit on réalise qu’on EST Gris souris.

En voulant absolument écrire ma couleur hier soir, j’étais à l’extérieur de moi-même, je cherchais de l’inspiration dans un état de fatigue poussé. Je courais après les idées. Au moment où je me suis posée est apparue en moi la réponse : je SUIS la couleur que je cherche ! Le Gris souris, m’a montré que j’avais déjà en moi toutes les couleurs dont je voudrais parler. Qu’il suffisait de me poser et de scruter les informations de mon corps dans les moindres détails.

Le Gris souris est en moi ou sur ma peau. Je me sens comme ce chat au pelage Gris souris. Posée et prête à bondir. Ma parure que j’appelle aussi tenue ou vêtement apparait sur ma peau et reflète ma couleur intérieure. Ce qui m’attire à l’extérieur de moi-même parle de ce qu’il y a en moi et que je n’ai peut-être pas encore repéré.

Et vous ? Après quoi courez-vous ? J’aime le titre du livre de Christiane Singer “Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?”

En attendant on joue au chat et à la souris ou on laisse le Gris souris nous sourire ?

Chaleureusement,
Youmna