Rouge conducteur

“On croit que tout est fini, mais alors il y a toujours un rouge-gorge qui se met à chanter.” Paul Claudel

La couleur de la semaine

Un fil d’Ariane hebdomadaire pour tisser une année colorée de sens.

Allo ?! Y a quelqu’un ??? ……………………………..

La semaine dernière j’ai vécu une expérience qui ne m’a pas laissée indifférente. Je me suis rendue chez Amma qui était de passage à Paris. Vous y étiez peut-être aussi ? J’étais curieuse de savoir pourquoi tant de personnes font la queue pour être prises dans les bras par cette femme. Des milliers de personnes campaient depuis plus de 2 jours dans ce hall immense. Et moi parmi eux, je ne savais pas très bien ce que je faisais là. J’observais patiemment. J’avais le numéro “Mzzz”, c’est-à-dire qu’il fallait attendre que l’alphabet passe 4 fois avant que ce ne soit mon tour. Il était 19h et cela voulais dire que je ne passerais pas dans les bras d’Amma avant 8 ou 9h du matin le lendemain.

Je ne pouvais plus faire marche arrière et abandonner. J’étais embarquée dans le Rouge conducteur sans le savoir. Dans la foule recueillie ou en mouvement, ou pouvait croiser des amis, des connaissances qui y étaient aussi. Être ange phénomène. Je me demandais par ailleurs, si c’était vraiment ma simple curiosité qui m’amenait là ou un phénomène de mon inconscient qui me reliait à la nécessité de vivre cette expérience. Le Rouge conducteur, encore lui !

Au moment où je ne m’y attendais plus, vers 8h 20 du matin, je vois ma lettre affichée et je sursaute et j’ai chaud. Je ne pensais pas que mon tour arriverait, persuadée qu’il n’était pas possible d’attendre aussi longtemps. Je connais un peu mieux le goût de la patience aujourd’hui.

Une fois engagée dans la queue qui mène vers Amma, avec le lever du jour, la foule, le brouhaha, la musique sont passés en sourdine et le Rouge conducteur s’est manifesté avec fulgurance et clarté. Je me sentais vivante. Vibrante. Une sensation de me diriger vers l’élu de mon cœur. Et d’être aussi élue. Le chemin pour aller vers l’étreinte était qualitatif, intense, affranchi, patient, amoureux, calme. J’ai compris très profondément que c’est vers une étreinte du divin en moi que je me dirigeais.

Le Rouge conducteur embrasse l’essentiel en soi. Il embrase tout parasite extérieur à notre quête.

Et cela n’est pas confortable. Pour embrasser mon essentiel, le Rouge conducteur a aussi embrasé mes monstres et mes dragons intérieurs. Ils sont là. Depuis ce moment, beaucoup de choses que mes yeux voient me brulent. Beaucoup de choses que mes oreilles entendent grincent. Comme si le Rouge conducteur devait inévitablement passer par le tunnel des dragons pour les dompter, les apprivoiser. Et parvenir à la lumière qui les neutralise. Au feu qui les transforme.

Je me souviens qu’à l’âge de 18 ans j’avais eu un chagrin mémorable. Je ne savais pas pourquoi. Mais au milieu des sanglots, je disais que je voulais étreindre le monde (monstre?!) entier. Je ne savais pas que quelque part en Inde, une femme le faisait déjà. Et que j’allais la rencontrer 18 ans plus tard. Je n’ai pas donné suffisamment de crédit à mon désir. J’aurais pu commencer par étreindre toutes les personnes qui m’entouraient. Je ne l’ai pas fait. Trop d’ego. Pas de visibilité du Rouge conducteur encore.
C’est peut-être cela la sacré : élever sa vibration au-dessus de l’ego, et la brancher à la fréquence du désir brulant. Éclairer plutôt que d’avoir peur de se bruler.

Je sens mon sang bouillir, circuler. Mes larmes me baignent depuis plusieurs jours d’affilée. Le Rouge conducteur me guide au cœur de l’essentiel en moi. Il me permet de retrouver mon axe, ma dignité et le fil de mon histoire. Il ravive ma flamme. Celle de fouler les planches pour faire voyager des salles entières à l’unisson. Au printemps dernier j’ai enclenché l’écriture d’une pièce de théâtre sur le vêtement. Un seule en scène. Pour embrasser le public de mon intensité et de ma transmission. Pour l’embraser d’humour. Et glisser dans le toboggan du Rouge conducteur ensemble. La beauté, la simplicité, le vrai, l’absolu. Le sang pour sang vivant. Le projet est encore en phase d’écriture. Je m’engage à ce qu’il se manifeste au printemps 2015 ! Vous me soutenez ? En faisant des petits pas Lilas délicats, je devrais y arriver…

En attendant, voici l’extrait de ma pièce qu’à choisi le Rouge conducteur pour vous en avant-première :
“Le vêtement, c’est du réel.
C’est du concret posé sur une âme.
C’est du vrai posé sur de la pensée.
C’est du long terme posé sur du temporaire.
Nos vêtements nous survivent, vous savez.
Quand vous partez en voyage, ils restent là, ils vous attendent gentiment, ceux que vous n’avez pas mis dans la valise.
Mais quand vous partez pour le grand voyage, ils restent là aussi.
Que deviennent-ils ?”

Pour ceux qui ne le savent pas le théâtre est ma 2e focale avec le travail sur l’image. J’ai mis en scène 3 pièces de théâtre, joué dans plusieurs spectacles. Depuis une dizaine d’année je participe à des entrainements d’acteur réguliers. Oui c’est un travail et une discipline énooormes mais c’est tellement jouissif de rencontrer un public dans le vivant et de véhiculer l’essentiel par l’émotion. De se sentir relié par une histoire commune. Heureusement que le Rouge conducteur est là ! Je le garde précieusement à vue !

Venant d’un pays où les pannes de courant et de téléphone sont courantes, je dirais que le Rouge conducteur est ce qui permet la connexion continue à soi-même. Allo mes rêves ! Allo mes désirs ! Allo le sang de mes racines ! Y être conduite malgré le brouhaha ambiant, les factures à payer, les sollicitations, la fatigue, les contrariétés, les contre-temps et les chagrins divers.

Allo Bel ami?! Où en êtes-vous avec le fil de votre Rouge conducteur ? Il capte bien ? Sinon changez d’opérateur ! Maintenant !!! L’essentiel n’est pas juste d’avancer mais de tisser en soi un Rouge conducteur de sacré et de concret. Un Rouge conducteur perpendiculaire à l’immensité de vos passions. Un Rouge conducteur affranchi d’illusions.

A très bientôt pour des nouvelles dynamisantes tout feu tout flamme.

Dans la félicité,
Youmna

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *